Objets trouvés, Nice 1882

On épargnera au lecteur le lieu commun de l’« inventaire à la Prévert » que n’est vraiment pas la liste suivante publiée dans le Petit Niçois du 31 décembre 1882, car elle donne un aperçu très cohérent de ce que les gens transportaient sur eux, bien différent de ce qu’on trouverait aujourd’hui :

« Objets trouvés. – Liste des objets trouvés et déposés au commissariat central de police, du 1er au 31 décembre inclusivement, et non encore réclamés :
Un carnet contenant différentes notes.
Un fichu en soie noire.
Une boîte renfermant une médaille italienne.
Un canif.
Une épingle en or.
Deux parapluies en soie.
Trois camisoles de femme.
Un couvert en argent portant des initiales.
Une tabatière en argent.
Un grand éventail.
Une boucle d’oreille en or.
Trois couvertures de cheval.
Un sac de voyage contenant divers objets.
Trois porte-monnaie.
Une canne première en argent.
Un paquet contenant un canevas pour pantoufles.
Trois mouchoirs blancs.
Un portefeuille contenant différentes notes.
Plusieurs déclarations de chiens trouvés.
Plusieurs clés.
Une ombrelle en soie paquet de bonbons.
Une montre en or. »

Une remarque s’impose d’ailleurs : la plupart de ces objets dénotent le fait d’avoir été perdus par des personnes plutôt aisées, voire bourgeoises ; les pauvres quant à eux n’ont rien à perdre.

Enfants à céder, Nice 1882

La Côte d’Azur n’est pas un paradis pour tout le monde, comme en témoigne un article du Petit Niçois le jeudi 30 novembre 1882 :

« On offre un ou deux petits enfants. — Voici un avis que l’on nous prie de publier. Comme on le verra, il est assez rare, heureusement, que des journaux aient à publier des offres semblables :
Un pauvre ménage, réduit à la plus extrême misère, — le mari ne travaille pas depuis très longtemps, et la femme est souffrante, — ayant quatre enfants à nourrir : un de 7 ans, un autre de 4 ans, et les deux derniers, jumeaux, âgés de 10 mois à peine, donnerait volontiers à quel¬que personne qui serait en mesure de les bien élever, un ou même deux de ses enfants. On comprend quel sacrifice ferait ainsi cette mère, surtout ; mais elle s’y voit obligée, car il lui est absolument impossible de nourrir ses quatre enfants.
S’adresser A Mme Millavaca Teresa, boulevard Risso, maison Weil. »

Un nageur ambitieux, Nice 1882

L’île Sainte-Marguerite, au large de Cannes, n’est qu’à 1300 mètres de la côte. Le Masque de Fer y a été incarcéré au XVIIe siècle. Mais l’atteindre à la nage doit quand même être un exploit sportif. C’est pourtant le rêve qu’a fait ce malheureux échappé de l’hôpital psychiatrique inauguré en 1867 près du vénérable couvent de Saint-Pons, d’où il tirait son nom. On peut lire le court récit de cette escapade dans le Petit Niçois du 17 novembre 1882. Continue la lecture

Un accident domestique en 1882

Il y a toujours eu des accidents domestiques et leur nature change suivant les avancées du progrès, comme le suggère un article du Petit Niçois paru samedi 25 novembre 1882 :

« Du danger des lampes à pétrole. – Notre correspondant de Roqiebillière nous écrit :
Aujourd’hui ont eu lieu, à Roquebillière, les obsèques de la demoiselle Corniglion Anne-Marie, à peine âgée de 18 ans, victime, il y a peu de jours, d’un bien malheureux accident.
Cette jeune fille, domestique chez la veuve F…, voulant éteindre une lampe à pétrole, mit feu, on ne sait comment, au récipient, qui éclata, projetant sur la malheureuse le liquide enflammé.
En un instant elle fut enveloppée de flammes ; aux cris poussés par la pauvrette, les secours arrivèrent aussitôt.
Néanmoins, malgré les soins prodigués, elle ne put survivre aux brûlures reçues.
Les habitants, s’associant à la douleur de la famille, ont voulu accompagner jusqu’à sa dernière demeure l’infortunée, qui jouissait de la sympathie générale. »

Affiche de Jule Chéret, Gallicz-BnF

Apparitions à Saint-Tropez

De La Salette à Lourdes les apparitions se multiplient au XIXe siècle. Mais il arrive que la supercherie soit démasquée, comme on peut le lire dans le Petit Niçois du samedi 11 novembre 1882 :

« Apparitions à Saint-Tropez. – Un bruit assez étrange est en circulation à Saint-Tropez. On raconte, surtout dans les régions cléricales, qu’il y a environ treize jours, deux hommes, habillés en femmes, portant costumes antiques, ayant la figure voilée et les cheveux épars, sont apparus et à diverses personnes et leur ont dit d’une voix de stentor :
« Nous allons voir le retour de la Commune. Malheur aux prêtres ! Malheur aux femmes enceintes ! Il y aura des pleurs et des grincements de dents. Les petits-enfants mourront au berceau, etc. »
Il est regrettable que ces mêmes hommes, habillés en femmes, n’aient pas fixé en même temps la date du retour d’Henri V, sur lequel on compte, dans les officines cléricales, pour le 1er janvier 1883. »

Il n’y a pas qu’à Paris

En cette fin du XIXe siècle, le passant solitaire à Paris a la terreur d’être agressé par des voyous –auxquels on donnera bientôt le nom d’Apaches – qui, pour le dévaliser, emploieront peut-être la technique dite « coup du père François ». Mais cette pratique est apparemment connue aussi à Nice, comme en témoigne un article du Petit Niçois paru le 4 novembre 1882 :

Continue la lecture

Écrasé par le tramway

Le Petit Niçois du 30 octobre 1882 relate un fait divers dont on mesurera à la fois l’absurdité et l’horreur en voyant la photo qui montre ce qu’était un tramway en ce temps-là.

Continue la lecture

Découverte et identification d’un squelette, Alpes-Maritimes 1882

Le 25 octobre 1882, le Petit Niçois rapporte un de ces faits divers qui renseignent mieux sur une société que les grands faits historiques :

Continue la lecture

Tapage nocturne à Nice en 1882

En ce temps-là on n’aimait déjà pas le bruit, la différence avec notre époque est que les autorités cherchaient à en protéger les honnêtes gens. On peut le constater dans un article du Petit Niçois paru le 19 octobre 1882, un article parmi beaucoup d’autres sur ce sujet :

« Tapageurs. – Hier soir, vers onze heures, deux braillards, qui paraissaient pris de vin, ont fait un tel tapage dans la rue Masséna qu’ils ont éveillé les paisibles dormeurs de ce quartier. Un rassemblement s’est formé autour des deux individus ; les agents de police sont accourus et en ont arrêté un ; le second a pu prendre la fuite. »

Un vol de voiture à Nice en 1882

Le Petit Niçois du 17 octobre 1882 rapporte un fait divers plutôt mouvementé :

« Une femme qui enlève une voiture. – Hier, une voiture conduite par une femme parcourait à fond de train la rue Gioffredo ; derrière, le cocher courait à toutes jambes pour la rattraper ; il y parvint enfin et monta d’un saut sur la voiture ; par malheur, son poids la fit chavirer ; le cocher reçut quelques contusions dans sa chute, mais il put néanmoins appliquer un grand coup de poing sur la tête de la femme qui conduisait le véhicule et qui, paraît-il, n’était montée sur le siège que pour tenter d’enlever la voiture.
Cette femme, sans souci du coup qu’elle avait reçu, partit promptement pour ne pas en recevoir d’autres et le cocher repris possession de sa voiture, que l’on eut assez de peine à remettre sur ses quatre roues. On constata que le pauvre cheval été blessé. Cette scène avait occasionné un grand rassemblement dans la rue Gioffredo. »