Accident de la circulation en 1780

Dans le registres de la paroisse Sainte-Hélène de Nice, un acte de sépulture évoque un fait divers qui amène, dans sa tragique simplicité, à quelques réflexions : 1780-05-15 Piéton tué par une voiture

« Li 15 maggio 1780 Pietro Scarello, figlio di Gioan-
ni Antonio d’anni 20 circa, ucciso da una carrozza sepolto in
S. Elena dopo la visita fatta dal Signore Millone
Luogotenente Prefetto Giudice della presente città di Nizza,
ed altri Signori Suoi Colleghi necessari per tall’atto
di riconoscenza. »
« Le 15 mai 1780 Pietro Scarello, fils de Gioan-
ni Antonio [âgé] de 20 ans environ, tué par un carrosse [a été] inhumé à
Sainte-Hélène après la visite faite par le Sieur Millone
Lieutenant Préfet Juge de la présente cité de Nice,
et d’autres Messieurs Ses Collègues nécessaires pour un tel acte
d’identification. »

Le lieu, d’abord : c’est Sainte-Hélène, un des quartiers de Nice déjà évoqués sur ce blog car j’y ai des ancêtres. Il est situé au bord de mer, à côté de la frontière français, le long de ce qu’on commence en 1780 à appeler le Chemin des Anglais ; en effet dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle de riches Anglais s’installent et se font construire des villas dans ce coin de campagne méditerranéenne qui sera urbanisé plus tard ; 1780 est aussi l’année où on crée à Sainte-Hélène un cimetière réservé aux sujets britanniques.
Le caractère rural de l’endroit explique sans doute l’accident : on ne voit pas comment dans la cité historique, qui est aujourd’hui le Vieux-Nice, avec ses rues étroites et ses escaliers, un carrosse aurait pu prendre suffisamment de vitesse pour renverser ou écraser quelqu’un.

L'acte de batême de Pietro Scarello en 1761.

L’acte de batême de Pietro Scarello en 1761.

La victime ensuite : l’acte donne « vingt ans environ » à Pietro Scarello qui n’en a que dix-neuf, étant né le 28 février 1761 ; il appartient très probablement à une famille de paysans du lieu comme le suggère son baptême à l’église de Sainte- Hélène, le lendemain 1er mars, suivant la coutume. Sa mère s’appelait Alessandrina Negra, féminin du patronyme Negro qu’ont porté aussi certains de mes aïeux ; plus tard ce nom a été francisé en Nègre.

Et c’est tout ce qui reste du destin de cet être humain : un acte de baptême et un acte de sépulture.

Mary Harcourt A View of Nice taken from a Villa near the road to the Varaquarelle gravée par Maria Catharina Prestel

Mary Harcourt A View of Nice taken from a Villa near the road to the Var
aquarelle gravée par Maria Catharina Prestel

Une réponse à “Accident de la circulation en 1780

  1. Nul besoin d’aller vite. Du coté de ma femme, si ma mémoire est bonne dans les années 1930, un homme est mort ainsi. Un cheval effrayé, la roue lui passe dessus, il est décédé des suites de ses blessures quelques temps plus tard.

    Il était voiturier dans les Vosges et sa « voiture », tractée par le cheval en question et il venait juste de finir sa tournée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *