#ChallengeAZ 2015 I comme Infanticide

Tout généalogiste qui a parcouru des registres du XVIIIe siècle le sait : en ce temps-là un enfant sur deux n’atteignait pas l’âge de dix ans. Les actes de sépulture de ces petits êtres sont si nombreux qu’on n’y prête plus attention. Mais une question vient parfois à l’esprit : ces décès sont-ils tous naturels ? Bien sûr on peut assigner de multiples causes à la mortalité infantile : malnutrition, absence d’hygiène, inexistence de la médecine préventive, épidémies, tous les pièges étaient réunis. Cependant il devait être beaucoup plus facile de se débarrasser d’un petit enfant et de travestir son assassinat en mort naturelle il y a trois siècles que de nos jours. Aucun médecin, aucun magistrat n’était appelé à constater le décès. Seul était au courant de l’événement le curé de la paroisse chargé des obsèques et de leur enregistrement. Aux morts provoquées il faut sûrement ajouter les meurtres par omission, où l’absence de soins hâtait le trépas de l’indésirable. Nos ancêtres n’avaient pas de congélateur, mais ils avaient des idées.

Quintuple infanticide de Puy-Imbert près Limoges en avril 1889 Gallica-BnF

Quintuple infanticide de Puy-Imbert près Limoges en avril 1889 Gallica-BnF

3 réponses à “#ChallengeAZ 2015 I comme Infanticide

  1. Billet tristement vrai… Encore que, s’il devait y avoir des exemples d’infanticides, la piété de nos ancêtres freinait peut-être quelques passages à l’acte ?!
    A bientôt,
    Guillaume

  2. Sujet bouleversant qui m’a pourtant arraché un rire avec la dernière phrase.
    Bonne continuation.
    Sandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *