#ChallengeAZ 2015 On a tué le boulanger

L’intérêt des registres paroissiaux est souvent de parler d’autre chose que d’état-civil et d’offrir ces mentions insolites qui donnent quelques aperçus de ce qu’a pu être la vie réelle de nos aïeux. Par exemple ce véritable fait divers qui s’est déroulé à Ceyras, aujourd’hui dans l’Hérault, un village de cinq cents habitants au XVIIIe siècle :AS RAYNARD François Ceyras 1726

« L’an 1726 et le premier juin est décédé François Raynard âgé d’environ soixante ans ayant été assassiné le jour auparavant à neuf heures de soir au devant du four du lieu et je l’ai enseveli dans le cimetière de la paroisse en présence des soussignés.
       Chalas prieur »

Le four désigne la boulangerie ; c’est de cette acception que dérive le patronyme très courant de Fournier. Effectivement d’autres actes qualifient ce François Raynard de boulanger. Il était né le 2 août 1667 et, en 1692, il a épousé une certaine Marie Rogier qui vient de mourir au mois d’août 1725. J’ai des ancêtres à Ceyras qui s’appelaient Raynard, mais le lien de parenté est antérieur aux registres paroissiaux de l’endroit, qui ne remontent pas au-delà de 1660.
La mort de ce boulanger restera un mystère. Il a été assassiné devant sa boulangerie le 31 mai, qui était un vendredi, à 9 heures du soir, c’est-à-dire à un moment où il faisait nuit noire, car c’était une nuit sans lune, dans une rue sans éclairage et on vivait suivant l’heure réelle, n’ayant à subir ni l’heure allemande, ni le changement d’heure.

Une boulangeriedans l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot.

Une boulangerie
dans l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot.

3 réponses à “#ChallengeAZ 2015 On a tué le boulanger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.