#ChallengeAZ 2015 R comme Régions

Les différents logiciels de généalogie cherchent à imposer une norme pour la notation des toponymes : d’abord le lieu, puis le département, la région et le pays. Parmi ces éléments on peut douter que la région serve à quelque chose : je ne l’inscris jamais.
D’abord c’est parfaitement inutile : si un événement a lieu à « Strasbourg, Bas-Rhin, France », tout le monde sait que le Bas-Rhin est en Alsace. C’est même franchement absurde dans des expressions comme « Millau, Aveyron, Midi-Pyrénées, France » ; en effet l’Aveyron est dans le Midi comme beaucoup de départements, précision qui n’apporte pas grand chose, mais en plus il n’a rien à voir avec les Pyrénées, puisqu’il appartient au Massif Central. À quoi bon alourdir « Nice, Alpes-Maritimes, France » en « Nice, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côted’Azur, France » ? D’autant plus que Nice n’appartient plus à la Provence depuis le XVe siècle. Et cela va empirer avec la réforme des régions : on aura droit à des « Strasbourg, Bas-Rhin, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, France ». Très clair et vraiment indispensable ! En fait ces absurdités ne font que refléter le mépris qu’ont de l’histoire et de la culture ceux qui nous dirigent.
Les deux seules réalités dans cette affaire de subdivision territoriale sont la province et le département, l’une héritée de l’Ancien Régime et l’autre reçu de la Révolution. Les provinces perpétuaient en effet les territoires des nations gauloises : l’Auvergne, comme chacun sait, pays des Arvernes ; La Bourgogne, des Éduens ; la Franche-Comté, des Séquanes, le Berry des Bituriges, etc. Les départements sont le fruit d’un effort de division rationnelle et quasi géométrique du territoire par les héritiers du Siècle des Lumières. On est bien loin de ces deux réalités historiques avec les pauvres manœuvres actuelles.

4 réponses à “#ChallengeAZ 2015 R comme Régions

  1. Oui, c’est précisément cela!

    L’intérêt est de diviser le nombre d’interlocuteurs pour mieux s’assurer une domination (Lier par la force des régions concurrentes dont les différents intérêts historiques sont connus, empêche un rapport de force efficace)..,diviser pour mieux régner!

  2. Le raisonnement que vous évoquez est tout à fait juste mais cela va de soit qu’une infornation est perdue dans le cas des lieux portants le même nom : ne pas renseigner que Montréal ne se trouve pas au Québec n’aurait pas beaucoup d’importance, tout le monde sait que Montréal se trouve dans le sud de la France. Montréal était en Nouvelle-France, dans le Québec des Pays-d’en-Bas des anglos…. Il y a longtemps que je réclame aux éditeurs de logiciels de pouvoir inclure cet état historique des lieux mais eux préfèrent mettre des gadgets inutiles ! Alors créons plusieurs fois ces lieux avec des notes (dates, contexte, etc.)

  3. Je partage votre avis sur les normes imposées par les logiciels. Je ne renseigne jamais les régions lors de mes saisies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *