C’est arrivé à Nice en 1894

Il fait bon sous les oliviers de Nice, même si le sol est un peu caillouteux, et on y est bien pour « causer politique » suivant le gentil euphémisme qu’emploie l’auteur d’un article paru dans L’Éclaireur de Nice du mardi 2 octobre 1894

L'Eclaireur de Nice - mardi 2 octobre 1894

4 réponses à “C’est arrivé à Nice en 1894

Répondre à Antoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.