Cadeaux de Noël pour une armée vaincue

Au XIXe siècle, les cadeaux se font plutôt le Jour de l’An qu’à Noël et on les appelle étrennes. C’est néanmoins le 25 décembre 1870 que paraît dans La Liberté, qui a pour sous-titre Journal démocratique et quotidien de l’Hérault et du Gard, un article qui, sous forme d’inventaire, énumère les présents offerts par les dames protestantes de Montpellier à différents corps de l’armée française, définitivement vaincue à cette date :

Titre La Liberté 25 décembre 1870

La Liberté 25 décembre 1870

Les glorieux guerriers pourront passer l’hiver dans des caleçons fourrés en mangeant du chocolat. Cela n’est pas sans me rappeler un souvenir de ma grand-mère qui, à l’école primaire supérieure à Nice en 14-18, tricotait avec ses camarades des passe-montagne et des moufles pour les Poilus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *