#généathème : Je prépare mon année généalogique

Un des généathèmes de ce mois de décembre suggère : « Faites une liste de vos souhaits généalogiques pour l’année à venir, je m’occupe du reste, ou presque ! » La bonne fée Sophie va donc exaucer nos vœux, alors voici ce que je proposerai à sa baguette magique :

En premier lieu, que les Archives Départementales qui ne sont pas au rendez-vous pour la consultation en ligne mettent les pendules à l’heure. Que le Haut-Rhin permette de consulter sur internet les registres paroissiaux antérieurs à 1792. Que le Doubs comprenne que des tables décennales à elles seules ne suffisent pas pour pratiquer la recherche généalogique.
Je tiens à préciser que je n’incrimine pas les archivistes de ces départements : j’en ai rencontré de très aimables et très compétents aux archives à Besançon, et je présume qu’il y en a aussi à Colmar. Mais il faudrait que les bouches inutiles qui siègent dans les conseils départementaux prennent conscience que tout le monde n’est pas comme elles et qu’il y a en France des gens curieux, cultivés et très actifs, qui s’intéressent à autre chose qu’au « foot-ball » : ce sont les généalogistes amateurs, de plus en plus nombreux, voire les généalogistes professionnels, je pense que le besoin doit être le même chez eux.

Deuxièmement, je demanderai à la bonne fée de me donner un peu de chance, non pas au loto, mais dans ma recherche. En effet, on a beau parler de méthode, et c’est justifié, mais l’enquête généalogique s’apparente un peu à un jeu de hasard. On n’est jamais sûr de trouver le résultat qu’on cherche. Il arrive qu’on trouve tout de suite ; il arrive aussi qu’on ne trouve pas du tout. J’aimerais bien trouver à tous les coups. Bref, le contraire de la roulette russe.

Troisièmement, car je pense que, comme dans les contes, on a droit à trois vœux : j’aimerais bien ne pas me tromper en faisant prendre un virage à mon blogue. En effet – et je crois que c’est dans le prolongement de son orientation de base, qui n’est pas la généalogie pure et dure, mais le relevé des « mentions insolites » quand il s’en trouve dans les registres – je me suis mis à publier des articles rencontrés dans la presse ancienne qui racontent des faits divers. Ceux-ci, tout comme les mentions insolites, me semblent révélateurs d’une société et nous donnent un aperçu de ce qui entourait nos ancêtres. Je ne fais que suivre en cela l’exemple d’un excellent blogue québécois (c’est presque un pléonasme), celui de Vicky Lapointe, Patrimoine, Histoire et Multimédia. Grâce aux articles de la presse qu’elle reproduit ou dont elle offre une synthèse, son auteur compose une mosaïque qui est le portrait de la société québécoise de naguère. Voici ce qu’elle écrivait à propos de l’année 2015 : « Je continue de publier sur mon blogue des textes à propos de l’histoire du Québec et des Franco-Américains, en me concentrant sur la ‘petite histoire’. J’explore des événements qui ont marqué la vie d’individus ordinaires, pas les grands de ce monde. » J’ai, en toute modestie, la même ambition que Vicky Lapointe pour les provinces françaises concernées par mon propre blogue.

Voilà mes trois vœux : maintenant c’est à la fée de jouer !

fée

9 réponses à “#généathème : Je prépare mon année généalogique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.