#ChallengeAZ 2016 B comme Boches

On croyait que cet horrible mot avait disparu. Mais voilà qu’il reparaît à tout bout de champ sous la plume de gens qui n’oseraient pas parler des Ritals ou des Polaques. Pourquoi une telle vulgarité ? Pourquoi ce retour aux vieilles lunes de la haine anti-allemande ?
Les exemples ne manquent pas ; ainsi, le blog de Geneanet, sous prétexte de  citer un journal d’époque, écrit : « 4 mars 1916 : les cadavres des Boches nous gênaient pour tirer ».
On veut bien que, dans le feu de l’action, les Poilus , enrageant et agonisant sous les balles et les shrapnels, aient pu employer ce terme, mais qu’on s’en serve encore cent ans après a quelque chose d’inadmissible.
Un autre exemple pris sur le même site : « les Boches remplacent la laine et la paille de leurs matelas par des vieux papiers ».
Ce triste usage atteint même des particuliers qui croient donner un air d’authenticité à leur prose en manifestant un racisme anti-germanique qu’ils n’oseraient pas déployer vis-à-vis d’autres peuples. C’est le cas par exemple dans un tweet dont je ne citerai pas l’auteur : « Travail harrassant. Nous apercevons les appareils boches qui s’en vont bombarder le pont de Dieue. #1GM ». En plus celui qui a écrit cette phrase doit s’imaginer que les Poilus étaient au courant du plan de vol des aviateurs allemands. Le Baron Rouge les avait-il mis dans la confidence ?

Dans une lettre adressée à Paul Déroulède en 1885, Alphonse Allais écrivait : « Moi, je hais les Allemands ; mais je les hais tous, tous, tous ! Je hais la petite Bavaroise de huit mois et demi, le centenaire poméranien, la vieille dame de Francfort-sur-le-Main et le galopin de Kœnigsberg. »KER Cabinet des Estampes

6 réponses à “#ChallengeAZ 2016 B comme Boches

  1. S’il s’agit de citation d’époque, il est difficile de supprimer les mots qui gênent, ou alors il faudrait utiliser des citations aux vocabulaires aseptisés. Le terme n’a pas la même connotation, ni la même rancune en 1916 qu’en 1946 ou 2016. Ce qui m’offusquerait plus c’est de les utiliser hors citation ou dans des textes récents.

  2. Je suis d’accord avec JMG: si la citation est d’epoque, elle devrait rester telle qu’elle est, sinon c’est la paraphraser. Par contre dans un texte moderne, ce mot ne devrait pas etre utiliser. Je suppose que les Francais utilisent aussi l’expression PC (Political Correctness). Celle-ci des fois va bien trop loin. Annick H.

    • On a plutôt l’impression que le politiquement correct en France actuellement consiste à se projeter sur les soldats de 14-18 et à penser comme eux, jusqu’à communier avec le mépris des Allemands qu’enseignait la propagande.

  3. Disons que le politiquement correct au Québec, j’en ai un peu ma claque. Le mot « exagération » existe, il faut bien l’utiliser aussi dans le concret. En tout cas, j’aime pas mal les livres de James Finn Garner. Vous connaissez ?

  4. Bonjour. Pour ma part, sur mon blog, j’utilise le mot boche dans la bouche de ma maman qui était femme de prisonnier et n’a revu son mari que 6 ans après alors qu’il avait été prisonnier dans les camps pendant tout ce temps. En 1940, le terme était utilisé ainsi que les schleux… Peut-on leur en vouloir à ces gens qui ont souffert de la guerre ? Aujourd’hui, en effet, ces termes ne sont plus utilisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *