#ChallengeAZ 2016 X comme Xavier Ferréol Gentil

Difficile d’utiliser encore le radical xeno– qui m’a servi pour les deux précédents challenges et, mes ancêtres n’étant pas de bois, je ne pouvais pas risquer xylo-. Aucun patronyme commençant par un X, mais heureusement j’ai trouvé un Xavier dans l’index des prénoms. Il s’agit d’un certain Xavier Ferréol Gentil qui est mon Sosa 48, autrement dit l’arrière-grand-père de mon grand-père maternel dont il était question dans « L comme Loups ».

À vrai dire on n’a pas dû appeler souvent Xavier ce Xavier Ferréol, car le prénom usuel était en principe le deuxième,. Il a vu le jour le mercredi 21 août 1776 à Thiébouhans, un village de Franche-Comté qui compte 180 habitants à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd’hui dans le Doubs, Thiébouans, à une dizaine de kilomètres de la frontière suisse, fait partie de cette petite région qu’on appelle la Franche Montagne.

Il est le fils de Guillaume Joseph Gentil, « cultivateur », âgé de 33 ans et de Thérèse Gabrielle Régnier, « cultivatrice «, âgée de 32 ans. Ainsi commence-t-on à appeler les paysans et Xavier Ferréol aussi sera « cultivateur ».

On le baptise le jour même de sa naissance à l’église du village. Rien que de très normal. Ce qui est plus étonnant est la profession attribuée à son parrain, nommé François Xavier Ferréol Gentil : le registre paroissial mentionne qu’il est « philosophe ». On pourra lire sur ce blogue l’article « Un philosophe au village », consacré à cet étrange parrain.

Quant à sa marraine, c’est « Demoiselle Doriot, illettrée », ainsi qualifiée parce qu’elle ne sait pas signer ; mais le terme « Demoiselle », qui n’a aucun rapport avec un présumé célibat, signifie qu’elle appartient à la bourgeoisie et ne fait pas partie des « cultivateurs », tout en consentant à prendre l’un d’entre eux comme filleul.

Comment l’enfance de Xavier Ferréol s’est-t-elle passée ? On l’ignorera toujours ; sans doute comme celle de tous les garçons à la campagne, partagée entre les jeux et la participation au travail familial : aider aux récoltes et aux moissons, garder les troupeaux…

Xavier Ferréol a treize ans en 1789. Dans quelle mesure la Révolution, qui a été assez violente en Franche-Comté, a-t-elle marqué son adolescence ? Il n’a pas pu ignorer qu’un jour de 1793 on a guillotiné dix-neuf insurgés sur la grand-place de Maîche, une petite cité à cinq kilomètres de Thiébouans.

L'exécution du 14 octobre 1793 à Maîche,dessin intitulé "Les martyrs de Maîche" par G. JulienImprimerie Chopard de Maîche, d'après un dessin de l'époque, Wikimedia

L’exécution du 14 octobre 1793 à Maîche,
dessin intitulé « Les martyrs de Maîche » par G. Julien.
Imprimerie Chopard de Maîche, d’après un dessin de l’époque.
Wikimedia

Il se marie assez tard, à trente-quatre ans, le lundi 23 septembre 1811, avec Athanase Charlotte Joly, qui en a presque vingt-cinq, une jeune fille de la Grand’Combe-des-Bois, un autre village de la Franche Montagne, où a lieu le mariage. Évidemment la nouvelle épousée est aussi « cultivatrice ».

Le couple va par la suite s’installer à Maîche qui est le chef-lieu du canton, puisque c’est là que le couple a un enfant Eugène Victor, dont je descends, qui naît le 19 avril 1821, la même année que Gustave Flaubert ou Charles Baudelaire, seul point commun avec eux sans doute.

Qu’est-ce qui attire Xavier Ferréol et sa femme Charlotte à Maîche ? Il est bien possible que ce soit l’essor industriel de la petite ville, travailler dans les usines nouvelles rapportant plus que l’ingrat travail des champs. Il aurait été très facile de connaître la profession de Xavier Ferréol à Maîche : elle est probablement indiquée dans son acte de décès ou dans l’acte de mariage de son fils, mais, une fois de plus, je suis victime de la carence des Archives départementales du Doubs, qui ne proposent pas la consultation en ligne des registres d’état-civil.

C’est à Maîche que Xavier Ferréol est décédé le vendredi 14 avril 1843, à l’âge de soixante-six ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *