Grüneck, la tour oubliée

Des ruines en pleine forêt, à peine discernables dans la végétation, et dont le principal attrait est justement le caractère sauvage, loin de toute habitation.
L’histoire enseigne que les vestiges de cette tour isolée, qui est à une altitude de 704 m, sont ceux d’une forteresse du premier moyen âge construite au Xème ou au XIème siècle, en tout cas mentionnée avant 1152, détruite en 1272 dans une guerre qui opposa le comte Rodolphe de Habsbourg à l’évêque de Bâle Henri de Neuenburg.
L’endroit s’appelle Grüneck, ce qui signifie « Coin vert » ; pas très original au milieu des bois ! Il est dans le même secteur que l’oppidum ou le sanctuaire celtique évoqués dans d’autres articles.
Devant cet amoncellement de pierres, on a du mal à reconnaître la forme de l’édifice, qui était un quadrilatère d’une quinzaine de mètres de côté. À la base la muraille mesurait deux à trois mètres d’épaisseur. Pour éviter un éboulement on a planté des arbres un peu partout sur le site au XIXème siècle. Difficile de parler de visite, mais on peut quand même grimper sur l’amas des ruines.

Grüneck 01

Cette butte est ce qui reste d’une tour médiévale.

Grüneck 02

Remarquer la taille de certaines des pierres.

Grüneck 03

Grüneck 04

À de rares endroits, le bâti apparaît encore.

Grüneck 05

Grüneck 06

Grüneck 07

Sur le sommet de la tour.

Grüneck 08

Sur le sommet de la tour.

Grüneck 09

Sur le sommet de la tour.

Grüneck 10

Une vue depuis la montagne de Grüneck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *