La fin d’Eve Rosine

Dans l’article précédent, « Eve Rosine et Eve Rosine », on a laissé le couple François Antoine Caspar et Ève Rosine Cardès en 1851 avec ses deux enfants, Reine et Antoine. Un troisième enfant naît en 1856 et on l’appelle Marie Anne. Antoine et Rosine pourraient vivre tranquillement leur petite vie d’ouvriers, mais le malheur va les frapper :

« L’an 1856, le neuf août, à dix heures du matin par devant nous Alois Treffer Maire et officier de l’état-civil de la ville de Cernay, sont comparus François Antoine Caspar, âgé de quarante-et-un ans, manœuvre époux de la défunte et François Haas, âgé de cinquante ans, manœuvre, voisin d’icelle, domiciliés à Cernay, lesquels nous ont déclaré que aujourd’hui à huit heures du matin Eve Rosine Cardès, âgée de trente-six ans, ouvrière de fabrique, native de Neewiller, domiciliée à Cernay, fille des défunts Jean Cardès et Anne Marie Brünster et épouse dudit Sr François Antoine Caspar, est décédée dans la maison sise Quartier A N° 25, ainsi que nous nous en sommes assuré pour nous être rendu sur les lieux. Et ont les déclarants signé avec nous le présent acte de décès après lecture faite. »

De quoi Rosine est-elle morte ? On ne le saura jamais et une fois de plus on est réduit aux hypothèses : on peut bien sûr songer à une maladie, voire à un accident, mais le seul fait sinon certain, du moins probable, est qu’elle doit être épuisée.
Elle a été mère cinq fois, il lui reste trois enfants très petits dont elle doit s’occuper tout en travaillant à l’usine, car elle a repris son activité qui n’est pas de trop pour participer à l’entretien de sa petite famille, son mari ne roulant sûrement pas sur l’or. Rosine avait en effet cessé son travail en 1850 et 1851 où les actes de naissance la disent « sans état ».
Or à cette époque ouvriers et ouvrières travaillent 10 heures par jour et six jours par semaine. Il s’ensuit qu’à 36 ans Rosine doit être une femme usée que le moindre incident de santé peut emporter. La médecine est encore hésitante et, surtout, elle coûte trop cher pour les petites gens. Sans parler des suites possibles de son dernier accouchement : celui-ci a eu lieu le 16 juillet 1856 et c’est le 9 août, moins d’un mois après, que meurt la jeune femme.
Mais le malheur n’en a pas fini avec Antoine Caspar : l’après-midi du même jour, il doit reprendre le chemin de la mairie de Cernay.

« L’an 1856, le neuf août, à cinq heures du soir par devant nous Alois Treffer Maire et officier de l’état-civil de la ville de Cernay, sont comparus François Antoine Caspar, âgé de quarante-et-un ans, manœuvre et père de la défunte et Antoine Eltzer, âgé de quarante-deux ans, épicier, voisin d’icelle, domiciliés à Cernay, lesquels nous ont déclaré que aujourd’hui à trois heures du soir Marie Anne Caspar âgée de un mois, sans état et domiciliée à Cernay, fille dudit Sieur François Ancoine Gaspar, manœuvre, domicilé à Cernay et de défunte Eve Rosine Cardès décédée à Cernay, est décédée dans la maison sise Quartier A N° 25, ainsi que nous nous en sommes assuré pour nous être rendu sur les lieux, et ont les déclarants signé avec nous le présent acte de décès après lecture faite. »

Il existe sûrement un lien entre la mort de cette enfant de 24 jours et celle de sa mère. Depuis combien de temps le nourrisson a-t-il été privé des soins maternels et d’alimentation ? Il est possible qu’Eve Rosine ne soit pas morte d’un coup à huit heures du matin. De toute façon ces deux décès témoignent des conséquences humaines de la révolution industrielle.

Sur la même page, les actes de décès de la la mère et de la fille.

Sur la même page, les actes de décès de la la mère et de la fille.

3 réponses à “La fin d’Eve Rosine

  1. Une telle succession d’événements n’était malheureusement pas rare autrefois. François Antoine Caspar s’est-il remarié par la suite ?

    • Il est en effet très probable qu’il se soit remarié. Mais je n’ai pas trouvé trace de ce remariage dans les tables de Cernay ni de Soultz, sa ville natale. Il resterait tellement de localités à examiner…

  2. Il serait peut-être intéressant de faire un tour aux AD pour consulter la série 5M. La filature Baudry de Cernay était réputée très insalubre, il y existe un fonds qui traite de ce problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *