Du minet au menu

Si vous êtes en panne d’inspiration pour composer vos repas des Fêtes, Le Petit Niçois du 26 décembre 1886 peut vous apporter des idées:

« Gibelottier – On nous signale dans la rue St-Joseph un individu qui, au moyen d’un bulldog dressé à cet effet, chasse la nuit les chats pour les vendre ensuite dans des restaurants de dernier ordre.
Il paraît même que cet industriel aurait déjà été condamné à trois mois de prison pour ce motif.
Cette peine n’aurait donc pas eu pour but de le dégoûter de son commerce.
Toujours est-il que dans la vieille ville et surtout dans la rue que nous signalons, le soir, la chasse au chat continue de plus belle. Les habitants sont parfois réveillés par les hurlements du dogue et par les miaulements plaintifs des victimes.
Il serait donc utile que les gardiens de service dans ces parages surveillassent plus efficacement les faits et gestes de cet individu qu’ils doivent connaître. Ils ne manqueront certainement pas de le prendre en flagrant délit.»

Rappelons qu’une gibelotte est un ragoût de lapin au vin blanc.

La mère Michel, estampe de 1851 éditions Pellerin
Gallica-BnF

 

 

5 réponses à “Du minet au menu

  1. C’est sans doute pour ça qu’on nous vend les lapins avec leur tête !

  2. Qui qu’en veut de mes lapins des toits? 🙂
    On en mangeait dans toute l’Europe, comme le chien .. même en Alsace.
    Ah, j’allais oublier.., Joyeuses fêtes de fin d’année !

  3. Hahaha… pauv’ chien, être obligé de chasser des chats….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *