Trop d’excès de vitesse en 1881

Rien de nouveau sous le soleil ; en tout cas celui de Nice a été témoin depuis longtemps des risques que font encourir à tout le monde les conducteurs imprudents, à commencer par les professionnels, comme le suggère Le Petit Niçois du mardi 15 mars 1881. Je peux d’ailleurs rattacher cet article à la généalogie, puisque le père d’un mien grand-oncle par alliance était cocher d’un fiacre à Nice en ce temps-là…

« Accidents — Avant-hier vers 7 h. et demi du soir un cocher de place, encore inconnu, a renversé avec sa voiture, sur le boulevard de l’Impératrice de Russie, le nommé Ratto, Nicolas, âgé de 27 ans, sujet italien, né à Gênes.
Les roues du véhicule ont passé sur le corps de ce malheureux qu’on a dû transporter à l’Hôpital Saint -Roch.
L’état du blessé n’a rien de grave. Quant au cocher, au lieu de porter secours, il s’est empressé de prendre la fuite. Ou le recherche activement.
Cet accident vient s’ajouter à beaucoup d’autres amenés trop souvent par la négligence ou la manière folle de conduire de beaucoup de cochers, et nous sommes étonnés qu’il n’y en ait pas un par jour.
Passez dans la ville, dans quelque quartiers que ce soit, il est rare que vous ne soyez pas obligé de voua garer à chaque coin de rue pour éviter les voitures. Il semble qu’aux tournants, la prudence commanderait d’aller au pas ! Eh ! bien, non ! Beaucoup de cochers fouettent leurs chevaux, et traversent au grand trot, au risque d’écraser les passants.
Un bon arrêté ne pourrait-il mettre un peu à l’abri tout le monde : les cochers, des amendes et des punitions graves qu’ils encourent sans s’en rendre compte ? Le public qui doit avoir le droit de faire ses affaires sans risquer un bras ou une jambe ? »

2 réponses à “Trop d’excès de vitesse en 1881

  1. Comment notre société est passée du souhait d’un « bon arrêté » en 1881 aux radars automatiques d’aujourd’hui… voilà de quoi philosopher ce matin…

  2. Les temps changent mais pas les comportements !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *