Touchante solidarité animale, Nice 1881

Dans l’épaissseur des égoïsmes urbains, il arrive qu’une leçon de bonté vienne des animaux eux-mêmes, animaux dont le sort n’était pourtant quère enviable quand ils étaient employés à tirer les attelages. C’est en tout cas une édifiante anecdote que livre Le Petit Niçois du 28 mai 1881.

« Tramways – Il y a quelques jours, vers les quatre heures de l’après-midi, la voiture du tramway qui va à la Gare, était lancée à grande vitesse. Arrivée en face du Restaurant-Français, elle s’est heurtée si fortement contre un des chevaux, qu’elle l’a jeté à. terre, et l’a traîné sur une longeur d environ dix mètres.
Le pauvre animal n’a pas été écrasé, grâce à son compagnon de gauche qui, le voyant ainsi emporter par la voiture, s’est mis à retenir cette dernière autant que ses forces le lui permettaient.
Tout s’est donc bien passé, mais on a le droit de trouver étranges les nombreux accidents qui arrivent à. cette compagnie.
Est-ce qu’un peu plus d’attention ne serait pas un bon remède? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *