Un marchand de sommeil à Nice en 1881

L’exploitation de la misère ne date pas d’aujourd’hui, comme le montre un article du Petit Niçois paru le 17 septembre 1881,

« Procès-verbal a été dressé hier contre le sieur Nègre Jean-Baptiste, âgé de 55 ans, propriétaire, demeurant au quartier de Saint-Philippe pour contravention à l’article 475 du code pénal sur la police des garnis et pour défaut de registre de logeur.
Il a été constaté que le sieur Nègre logeait 27 ouvriers piémontais, hommes ou femmes, lesquels couchent pêle-mêle et par huit ou dix dans une seule chambre.
M. le commissaire de police du 4ème arrondissement a dressé aussi procès-verbal contre le même Nègre pour tenue, sans autorisation, d’une porcherie sous un hangar dépendant de son habitation audit quartier de Saint-Philippe. Les cochons étaient au nombre de 47. »

Une réponse à “Un marchand de sommeil à Nice en 1881

  1. les années passe mais rien ne change

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *