Brutalité à Nice en 1881

« Brutalité », ce titre est très vague, c’est aussi celui de l’article que publie Le Petit Niçois du 7 décembre 1881.Pourtant, après la lecture de celui-ci on se prend à se dire qu’il est très approprié si on se réfère au sens originel du mot, tel que Littré le définit :
brutalité : « caractère de la brute ».
brute : « La bête considérée dans ce qu’elle a de plus éloigné de l’homme.  C’est une brute, se dit d’un homme qui n’a ni esprit ni raison. »

« Brutalité.– On nous signale un acte révoltant qui s’est passé dimanche dernier : une jeune fille de 17 à 18 ans, qui est simple d’esprit, courait affolée, poursuivie par les huées d’une bande de vauriens, parmi lesquels il y avait aussi il y avait aussi des hommes d’une trentaine d’années.. Plus de 400 personnes suivaient cette course d’un nouveau genre, il se serait terminé fatalement par un accident, et cela sans intervenir en rien. Bien entendu la police brillé par son absence. Si, cependant : toute la bande poursuivant la folle passa devant un gendarme qui regarda paisiblement et en souriant cette scène drôle.
Ce ne fut que grâce à l’intervention courageuse de deux citoyens, dont nous avons les noms, que ce steeple-chase cessa. Ils tinrent en respect les voyous et la folle put s’enfuir chez elle.
C’était en plein Jardin-Public, après que la musique venait de terminer le concert, que ce spectacle a été donné aux étrangers.
Décidément il est nécessaire d’augmenter le personnel de la police. »

Le journaliste conclut son article par des considérations qui concernent l’administration municipale et l’insuffisance des forces de police qui ne devraient pas tolérer un tel spectacle sous les yeux des « étrangers ». Dans la presse niçoise de ce temps-là, ce dernier mot désigne les riches touristes qui viennent passer la mauvaise saison à Nice et font la fortune de la ville. Ils sont de diverses nationalités, surtout Anglais, Allemands et Russes, mais parmi eux on trouve aussi pas mal de Français. L’auteur de l’article craint donc à juste titre que des comportements aussi sauvages les fassent fuir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *