Trois faits divers, Nice 1881

Trois faits divers dans Le Petit Niçois du 18 novembre 1881, trois faits divers qui se suivent dans le journal, mais qui ne se ressemblent pas, justifiant l’adjectif « divers ».

« Un malfaiteur. — Mardi soir, vers 5 heures et demi, la gendarmerie maritime a opéré l’arrestation d’un matelot sicilien nommé Rena Tommaso, à bord du navire Réonard Fédéré, ancré dans le port de Nice.
Cet individu avait pénétré dans une propriété close du Lazaret pour y voler des bambous. Poursuivi par les jardiniers et se voyant près d’être arrêté, il fit feu sur deux d’entre eux et les mit hors d’état de le poursuivre. Puis il gagna le port et se dirigea vers son navire. Il aurait réussi à se dérober momentanément à la police, sans l’intervention de la foule qui l’entoura et s’apprêtait à lui faire un mauvais parti.
Les douaniers en faction sur le quai, le désarmèrent et le remirent entre les mains de la gendarmerie.
L’état des blessés n’est pas très grave.
Ce dangereux malfaiteur a été mis à la disposition du parquet. »

« Une scène lugubre, dit le Journal de Nice, s’est passée hier au Port, et a vivement impressionné les personnes qui en ont été témoins. Voici le fait :
Une petite fille étant morte dans une maison de ce quartier, on devait procéder aux obsèques. Le corps de l’enfant avait été mis dans lu cercueil et on le descendait par l’escalier, lorsque le fond de la bière s’est brisé. On conçoit le lugubre spectacle qui en est résulté pour les parents et les amis venus pour prendre part aux funérailles. Les prêtres et les assistants ont dû se retirer et l’enterrement u’aura lieu qu’aujourd’hui. »

« Vol. — Dans la journée de mardi dernier, des malfaiteurs se sont introduits dans la maison habitée par le sieur Ragoucy, marchand de journaux, chemin de Saint-Roch, 3, et y ont soustrait dans son bureau trois pièces de vingt francs. C’était tout l’avoir de ce pauvre malheureux, sortant de maladie. »

Une réponse à “Trois faits divers, Nice 1881

  1. Il voulait se faire une canne à pêche ou quoi? Il est intéressant de noter, que dans le premier fait dvers, la foule n’est pas encore formatée sur le mode  » spectateurs passifs », c’est un des points positifs du communautarisme d’antan. Le communautarisme est un sujet qui me préoccupe pour mes « bio »et dont j’essaye d’en cerner les avantages et les inconvénients. Il a écopé de quelle peine?

    Pour le second encart, on se demande bien comment le menuisier a bien pu faire son oeuvre, j’ai beau m’interroger, je ne trouve pas…

    Le troisième, m’étonne encore plus, car si de nos jours c’est courant de poser son fric n’importe où, à l’époque, normalement ils redoublaient d’ingéniosité pour le planquer. Alors à moins que ces trois pièces étaient dans une cache secrète du tiroir, ont peut légitimement se demander ce qui est passé par la tête du malheureux pour mettre tous ces oeufs dans un même panier aussi accessible!

    Ces témoignages du passé sont des perles du genre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *