Un attentat anticlérical, Nice 1881

De nos jours militaires de l’opération Sentinelle et policiers sont victimes d’attentats terroristes. À la fin du XIXe siècle ce sont des gens d’Église qui peuvent être l’objet d’agressions ainsi que le relate Le Petit Niçois dans son numéro du 24 novembre 1881. Ce genre d’attentat est probablement facilité par l’atmosphère anticléricale d’alors, qui conduira à la loi de 1905. Curieusement l’article relatant les faits est suivi par un autre qui appelle à une réunion de la Société des libres-penseurs.

« Agression. — Hier, à 4 heures du soir, deux ecclésiastiques étaient accoudés sur la balustrade du Paillon regardant les travaux du Casino Lazard, lorsqu’un individu vint derrière eux et assena à l’un de ces prêtres un formidable coup de poing sur la tête.
Après cet acte de sauvagerie, l’individu, tout en continuant son chemin, se permit d’insulter les passants, entre autres M. le comte de Lagondie ct sa famille qui se promenaient sur le quai Saint-Jean-Baptiste.
A ce moment, un gardien de la paix arrêta cet insulteur et le conduisit devant le commissaire du quartier.


• •

Libre pensée. — Nous rappelons à tous les adhérents et aux citoyens voulant adhérer à la Société des libres-penseurs qu’il y a réunion tous les jeudis à 8 heures du soir, 12, rue Chauvain. »

Le Paillon au début du XXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *