Un infanticide en 1881 dans les Alpes-Maritimes

Il arrive que certains faits divers ressemblent à un mauvais roman naturaliste. C’est sans conteste le cas des faits évoqués dans Le Petit Niçois du mardi 15 novembre 1881. Le village où ces tristes événements se sont déroulés appartient au Pays de Grasse et, depuis 1948, s’appelle Spéracèdes.

« Infanticide. — Un infanticide a été commis dans la commune d’Espéracèdes par la nommé Daver Anne, âgée de 31 ans, cultivatrice audit lieu, dans les circonstances suivantes, racontées par le Patriote :
L’inculpée est mariée et mère de trois enfants ; sa mauvaise conduite ayant déterminé son mari à la quitter, elle en est séparée depuis environ trois ans ; depuis elle a toujours conservé ses relations avec plusieurs amants.
Le 5 du courant, vers 9 heures du soir, elle accoucha d’un enfant du sexe masculin, et, après l’avoir étranglé, le déposa au fond d’un placard, dans sa chambre, et le couvrit de linges. Le lendemain, elle vaquait à son travail comme d’habitude, mais ses voisines qui s’étaient aperçues de son état de grossesse, comprirent qu’elle avait accouché ; elles en avertirent aussitôt les autorités locales. Le parquet de Grasse ayant également été prévenu, s’est transporté, mardi, sur les lieux, et une perquisition faite dans la maison de l’inculpée lui fit découvrir le cadavre.
Cette femme a déclaré que l’enfant était mort-né ; mais le docteur Vidal, qui a pro- cédé à l’autopsie, a constaté qu’il était né viable et qu’il portait encore au cou les empreintes des doigts qui l’avaient étranglé. La femme Daver a été arrêtée par la gendarmerie et écrouée à la maison d’arrêt de Grasse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *