Un bœuf sur le trottoir

Nice n’est pas Pampelune et on n’y lâche pas de taureaux dans les rues. Il arrive cependant qu’on puisse y croiser des bœufs, comme en témoigne Le Petit Niçois du 9 février 1882 :

« Les bestiaux sur la voie publique.— Nous ne comprenons pas la tolérance en vertu de laquelle des bestiaux, les bœufs surtout, circulent en plein jour sur les voies les plus fréquentées de notre ville. On expose ainsi les passants à des accidents qui peuvent être fréquents et graves. C’est ainsi qu’avant-hier matin, à midi moins un quart, un bœuf s’est détaché d’un groupe de ses congénères, passant sur la place Masséna, et a parcouru le trottoir placé sous les arcades, à ce moment-là rempli de promeneurs. Plusieurs personnes, dit le Patriote niçois, ont été bousculées par l’animal ; une d’elles, entre autres, a reçu un coup de tête assez violent à l’épaule, coup qui, porté à une femme, eût pu avoir de graves conséquences.
Un arrêté municipal mettrait fin a cet état de choses ; aussi la population le verrait elle prendre avec plaisir. »

Ces troupeaux d’un autre âge rappellent l’époque où le bétail traversait les villes pour se rendre chez les bouchers, quand ceux-ci abattaient eux-mêmes les bêtes. On peut encore s’en rendre acquéreur dans la cité, si on en croit un autre article paru sur la page suivante :

La place Massena au début du XXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *