Dur d’être policier en 1882

On risque même d’être mordu quand on fait respecter la loi, ainsi que le rapporte Le Petit Niçois du 6 février 1882 :

« Arrestations — Trois filles soumises ont été arrêtées pour appel à la débauche sur la voie publique. L’une d’elles, qui avait occasionné une scène de désordre et un grand rassemblement, sera mise à la disposition de M. le procureur de la République, pour avoir opéré une vive résistance aux agents, qu’elle a frappés et mordus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *