Une disparition d’enfant à Nice en 1882

Quand on ne trouve plus un de ses enfants, quoi de plus simple que de mettre une annonce dans le journal ? C’est ce que montre Le Petit Niçois du 15 mars 1882.

2 réponses à “Une disparition d’enfant à Nice en 1882

  1. Pas de données morphologiques précises?
    Les parents ne connaissaient pas la taille, ni l’âge, ni le poids, la forme du visage, du front?
    Du vrai journalisme!

    • Votre remarque est très pertinente, mais on n’est pas encore à cette époque très curieux de ces choses-là. C’est d’ailleurs en 1882 que Bertillon fonde le « premier laboratoire de police d’identification criminelle ». L’article cité fait plutôt penser à ces annonces qu’on met chez un commerçant du quartier pour retrouver un chat ou un chien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.