Accident de chasse, Alpes-Maritimes 1882

Dans ce fait divers que rapporte Le Petit Niçois du 1er mai 1882, on peut s’interroger sur la validité du titre « accident de chasse ». En effet l’accident en question ne se déroule pas pendant la chasse elle-même et il n’a rien à voir avec les pratiques cynégétiques. C’est simplement le fruit malheureux de l’imprudence et de l’inconscience.

« Accident de chasse.L’Avenir d’Antibes raconte un accident de chasse qui a vivement émotionné la population d’Antibes cette semaine. Dans la journée de jeudi, un Antibois accompagné de son jeune fils de 14 ans, chassait au gibier d’eau dans la plaine de la Brague. L’heure du repas arrivée, le père, avisant un puits, posa son fusil debout contre le mur et tira de l’eau. En ce moment passait un troupeau de jeunes porcs ; et ces animaux firent tomber le fusil, dont l’un des canons était chargé avec du petit plomb et l’autre avec du gros. Le choc produit par cette chute fit partir le coup chargé ; passant entre les jambes du père sans l’atteindre, il alla fracasser un des genoux de l’enfant.
Pendant qu’on allait chercher un médecin, des voisins essayèrent un premier pansement. Ce n’est que vers le soir que l’enfant pût être ramené à domicile. Les médecins déclarèrent l’amputation indispensable, mais dangereuse, vu l’état du blessé, qui pendant plusieurs heures avait perdu du sang en abondance.
L’enfant expirait, en effet, à la nuit.
Nous n’essayerons point de dépeindre la douleur du père, qui, dans le premier moment de désespoir, voulait recourir au suicide. »

Une réponse à “Accident de chasse, Alpes-Maritimes 1882

Répondre à Antoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.