Gaz, pétrole et charbon, Nice 1882

Gaz, pétrole, charbon : à Nice comme ailleurs dans les années 1880, on hésite sur les sources d’énergie, conscient et avide néanmoins de leurs bienfaits en dépit de leurs défauts. Le 17 juillet 1882, la page des faits divers du Petit Niçois évoque la question dans deux articles :

« L’éclairage de la promenade des Anglais. — Depuis quelque temps, le soir, une partie de la promenade des Anglais est plongée dans une obscurité presque complète. Les réparations que l’on apporte aux conduites du gaz eu sont la cause. On a été obligé de placer dans les réverbères des lampes à pétrole qui éclairent peu ou point, de sorte que les personnes qui, par ces belles soirées, se rendent en assez grand nombre sur cette promenade, peuvent craindre de se trouver en butte à quelques agressions. Ne pourrait-on activer les travaux de réparation, de façon que, dans quelques jours, ce point si fréquenté de notre ville soit éclairé comme il convient ? »

« Grave imprudence. — Mardi soir, un drame s’est passé au rez-de-chaussée de la maison portant le n° 4 de l’avenue Beaulieu. Par suite d’une imprudence, une femme a failli périr asphyxiée. Ce malheur n’a été conjuré que grâce à la prompte arrivée de quelques personnes.
Cette femme prenait un bain dans une de ces baignoires qui se chauffent avec un fourneau adhérent. Et après avoir allumé du charbon dans ce fourneau, sans avoir pris le soin d’aérer la pièce, elle s’était mise dans l’eau, où elle n’avait pas tardé à être surprise par l’asphyxie.
Il se dégageait de cette chambre une odeur d’acide carbonique qui fit que quel¬ques voisins se doutèrent de ce qui se passait. Aussitôt, on courut prévenir M. Kearley, pharmacien « au coin de la rue de la Paix et de l’avenue de la Gare. Celui-ci s’empressa d’accourir, ouvrit une issue et, malgré le danger qu’il y avait à pénétrer dans l’atmosphère délétère de celte chambre, porta secours à la malheu¬reuse. Des remèdes énergiques lui furent aussitôt, administrés par M. Kearley, qui ne perdit pas un seul instant sa présence d’esprit, et, peu après, l’imprudente était rappelée à la vie. »

Sur la même page, dans la rubrique des spectacles, on apprend que l’électricité vient d’être installée au théâtre des Variétés à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *