Parfums de la Côte d’Azur

Le Petit Niçois du mercredi 16 août 1882 dénonce une situation embarrassante :

« Salubrité. – Il existe en avant de l’église du Port, (c’est-à-dire contre la balustrade du nouveau port) une quarantaine de charrettes qui ont été parquées en cet endroit, avec ou sans permission de l’autorité, et sous lesquelles beaucoup de gens, qui n’ont aucun sentiment de la propreté, vont quelquefois en plein jour déposer ce que M. Zola seul ose désigner tout crûment. Par suite, cet endroit est devenu un véritable foyer d’infection.
Si, comme nous l’espérons, un préposé à la salubrité publique va bien se rendre sur les points indiqués, il pourra, de visu, s’assurer qu’il est indispensable d’exiger d’abord le retrait des charrettes qui encombrent la route et ensuite de faire désinfecter à fond l’endroit signalé. »

L’église du Port à Nice, construite entre 1840 et 1853.
Les colonnes de la façade ont été ajoutées en 1893.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.