Des souvenirs pour les touristes, Menton 1882

On a beau dire, les boutiques de souvenirs made in China qu’on trouve actuellement sur les sites touristiques ont au moins une utilité, qui est de détourner les visiteurs de se servir eux-mêmes, comme le suggère un article du Petit Niçois paru le 13 septembre 1882.

« Le couvent du Cap Martin
C’est extraordinaire ce que l’on trouve d’ossements humains toutes les fois qu’à Menton on donne un coup de pioche. Quand on creusa les fondations du Crédit Lyonnais, on découvrit une grande quantité de squelettes, il en fut de même lorsque l’on commença les fouilles afin de bâtir des magasins devant l’hôtel d’Angleterre.
On trouve au milieu du Cap Martin, le bois de Boulogne de Menton, les ruines d’un couvent de femmes qui fut construit du temps des Sarrasins.
Il y a quelques années, le garde du sémaphore du Cap trouva en bêchant son petit jardinet de nombreuses têtes de mort, c’étaient des têtes de femmes. En creusant plus profondément, il découvrit des cercueils en pierre, remplis d’ossements. Évidemment, son jardin potager se trouvait sur l’ancien cimetière des nonnes. Le garde rangea symétriquement ces têtes et ces ossements sous les arcades encore debout, derniers vestiges de cet antique monument. Cet ossuaire excite la curiosité des Anglais qui chaque année emportent tantôt le tibia, tantôt une mâchoire, et s’amusent à briser le crâne des nonnes avec de petits marteaux, afin de se partager ces reliques, qu’ils emportent en souvenir de la saison passée à Menton. […] »

Affiche du PLM, Ateliers Hugo d’Alési, 1898

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.