L’ordre règne à Nice, 1882-1883

À la fin du XIXe siècle la douceur de la vie à Nice séduit une riche clientèle qui vient y passer la mauvaise saison, mais l’argent qui circule attire aussi une faune dont les autorités municipales aimeraient se débarrasser car sa présence ternit l’image impeccable qu’on voudrait donner de la cité. Le meilleur moyen de l’éliminer semble de charger la police de cette tâche. Par exemple les mendiants sont d’habitude interpellés individuellement, mais le 31 décembre 1882 on peut lire dans le Petit Niçois le compte rendu d’une opération de grande envergure :

« Rafles. – Hier, samedi. la police a fait une rafle de ces mendiants qui vous poursuivent de leurs demandes sur les promenades publiques. Tant sur le quai Masséna, sur les boulevards du Pont-Neuf et du Pont-Vieux que sur l’avenue de la gare, les agents ont arrêté une douzaine d’individus, qui ont été logés côte à côte dans la prison municipale.
Vendredi soir, la police a organisé une surveillance spéciale dans la rue Saint-Etienne, boulevard Longchamp, et dans les rues adjacentes.
Cette surveillance a été organisée pour assurer l’exécution des règlements sur la police des mœurs. Dix filles soumises, faisant appel à la débauche sur la voie publique, ont été arrêtées. »

On profite effet du dynamisme induit par la mesure pour essayer de juguler la prostitution et un autre article en rend compte le 3 janvier 1883 :

« Nettoyage moral. — On a procédé hier à une mesure qui fera plaisir à tous les honnêtes gens de notre ville.
Les agents ont fait soudain irruption dans une villa de la rue Pastorelli, et ont mis la main sur une bande d’individus qui vivaient aux crochets de femmes de mauvaise vie.
Ces Alphonses — c’est la désignation la plus convenable qu’on puisse leur appliquer — tous mis comme de grands seigneurs, ont été conduits en présence de M. le commissaire Central qui, après les avoir interrogés, les a fait expulser du territoire.
Nous voilà débarrassés d’autant. Mais nous croyons savoir que l’on est décidé à faire à cette engeance une chasse impitoyable et à en purger notre ville. C’est une bonne nouvelle pour nos concitoyens qni sauront gré de cette mesure à M. le commissaire central. »

Certains prétendent que ce curieux nom d’Alphonse viendrait du titre d’une pièce de théâtre donnée par Alexandre Dumas fils en 1873, Monsieur Alphonse, qui met en scène un représentant de cette profession, mais le terme est déjà attesté avec ce sens en 1860. Il sert aussi à un journaliste du Petit Niçois pour intituler son article du 6 janvier 1883 :

« Encore les Alphonses. — La police a continué hier l’œuvre d’assainissement dont nous avons parlé dans notre dernier numéro.
C’est dans une maison de la rue St-Etienne que les agents ont fait, hier, une descente.
Les habitants du quartier réclamaient depuis longtemps l’expulsion des filles folles et de leurs cavaliers, habitants de cette maison, qui faisaient parfois un tapage assourdissant. On leur a donné sa¬tisfaction.
On est décidé à poursuivre ce travail de propreté et l’on fera bien. C’est dans quelques hôtels borgnes que la police fera une rafle importante de souteneurs.
Hier, deux de ces jolis messieurs oui été conduits hors du pays avec tous les égards dus à leur rang. »

La lutte s’étend même à ceux qui hébergent ces fameux Alphonses et on peut lire le 7 janvier 1883 :

« Prostitution. — On continue la chasse aux prostituées et à leurs souteneurs. Procès-verbal a été dressé contre la nommée Hinzi, née Keck, demeurant rue Pastorelli pour défaut d’inscription sur les registres de police de cinq souteneurs de filles publiques, qui avaient leur domicile chez ladite Hinzi.
En outre cinq filles publiques ont été arrêtées hier pour appelle à la débauche sur la voie publique. »

Monsieur Alphonse d’Alexandre Dumas au Théâtre du Gymnase,
gravure d’Arthur Hauger, Gallica-Bnf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.