Tombée dans le Paillon, Nice 1883

Nice s’est édifiée sur la rive gauche du Paillon, un fleuve côtier long de 36 km aux allures de torrent qui descend des Alpes et vient se jeter dans la Méditerranée. Ce Paillon étant sujet à des crues soudaines et dévastatrices, un guetteur muni d’un cheval était posté en amont de la ville. Quand l’eau menaçait de grossir, il dévalait la rive au galop en criant « Pailloun ven », c’est-à-dire « le Paillon arrive », pour que les innombrables lavandières travaillant dans le lit du fleuve remontent en toute hâte. Mais ces femmes et les enfants qui les accompagnaient pouvaient être victimes d’autres accidents, comme le relate un article du Petit Niçois le 18 janvier 1883 :

« Tombée dans le Paillon. – Hier, vers 3 heures l’après-midi, une petite fille de sept à huit ans a failli se noyer en traversant le Paillon.
C’est près du pont Garibaldi, sur une planche extrêmement étroite que la pauvre enfant voulait traverser le torrent pour aller rejoindre sa mère, une blanchisseuse. Au milieu de ce pont trop primitif, le pied vint à lui manquer et elle tomba dans le Paillon grossi par les dernières pluies. L’eau entraînait la malheureuse ; les blanchisseuses poussées des cris d’effroi et n’osaient lui porter secours. Par bonheur, un courageux citoyen se jeta à l’eau et parvint à retirer la petite fille, trempée jusqu’aux os. On la couvrit immédiatement de vêtements bien chauds que toutes les blanchisseuses s’offrirent à donner.
La pauvre petite a été transportée chez elle où, grâce aux soins qui lui ont été donnés, elle est maintenant hors de tout danger.
 ce propos, nous devons signaler le danger qu’il y a à laisser traverser le Paillon sur ces passerelles branlantes, mal assujetties, qui sont formées d’une seule planche parfois si étroite que le pied en déborde. Là-dessus passent les blanchisseuses chargées de faix très lourds et suivies de leur petite famille. C’est pourquoi des accidents comme celui d’hier sont inévitables tant qu’on n’établira point de passerelles plus larges et plus solides. »

À partir de 1868 commence une série de travaux qui s’achèveront en 1972 avec la couverture complète du Paillon dans son parcours urbain.

Lavandières sur les bords du Paillon au début du XXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.