Tué par une chèvre, Alpes-Maritimes 1883

Tragique et insolite à la fois, la mort de ce jeune ouvrier sur un chantier au pied des montagnes dans les Alpes-Maritimes, telle que la raconte le Petit Niçois du 13 février 1883 :

« Levens – On écrit de Levens au Petit Marseillais : un terrible accident s’est produit avant-hier à l’entrée du tunnel de Guorga, sur le territoire de la commune de Levens.
Un journalier, le nommé Joseph Ciais, âgé de 30 ans, était occupé à transporter du sable pour le canal de la Vésubie. Il accomplissait sa pénible tâche quotidienne, lorsqu’à l’entrée du tunnel de la Guorga, il vit au-dessus de lui des chèvres qu’on faisait pâturer.
En ce moment une chèvre déplaça du pied une pierre de petite dimension qui tomba malheureusement sur la tête de Ciais.
Mais si petite que fût la pierre, tombant d’une hauteur de 100 mètres environ, elle eut les plus terribles conséquences. Le pauvre journalier tomba pour ne plus se relever. Le projectile avait atteint le crâne avec une telle violence qu’il l’avait perforé et la mort avait été instantanée.
Ciais laisse une veuve et deux enfants en bas âge dans la plus pénible situation. »

À en croire l’article, l’accident se serait produit l’avant-veille, donc le 11 février. Or l’acte de décès de ce malheureux Joseph Ciais a été établi le 4 février et il date sa mort du 3 février. On y apprend aussi qu’il est né à Cros d’Utelle, à quelques kilomètres de là, où il réside encore, ainsi que sa profession de cultivateur, terme employé dans les registres de la IIIe République pour désigner les paysans. C’est donc pour améliorer son ordinaire qu’il travaille sur un chantier. Son âge est également mentionné de façon inexacte, puisqu’il n’a que 28 ans. À la décharge du journaliste qui produit ces approximations, on ne peut qu’évoquer la difficulté en ce temps-là de communiquer avec les témoins et les acteurs d’un événement. Un autre progrès a par ailleurs été accompli avec le port du casque sur les chantiers.

Levens, 570 m. d’altitude, au début du XXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.