Mordu par un mulet, Nice 1883

On pourrait s’étonner de rencontrer un mulet, animal rustique s’il en est, en pleine ville. Mais il faut se rappeler qu’ils ont été nombreux à Nice, servant aux échanges avec le Piémont voisin et longtemps souverain, à travers les difficiles chemins de montagne et le col de Tende. Le mulet que Le Petit Niçois du jeudi 10 mai 1883 évoque est attelé et il s’inscrit dans la série quasi quotidienne des accidents de voiture, sujet déjà abordé sur ce blogue dans « Mourir d’un coup de pied de cheval ».

« Mordu, par un mulet. — Un fait grave est arrivé hier à 2 h. 1|2, sur le quai Place-d’Armes. Un jeune charretier, Musso Antoine, âgé de 19 ans, a été mordu au bras par le mulet attelé à la charrette qu’il conduisait. Ce pauvre jeune est tombé sans connaissance. Le sang sortait abondamment par sa blessure.
Après lui avoir appliqué un premier pansement on a transporté Musso Antoine à l’hôpital. Là, les docteurs ont jugé la situation très grave, et ont décidé de pratiquer l’amputation du bras, qui a eu lieu hier même. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.