Le revolver du couvent, Nice 1883

Ces religieuses niçoises ont trouvé un moyen radical mais bien peu canonique de dissuader d’éventuels cambrioleurs de s’en prendre à leurs biens, c’est ce que relate Le Petit Niçois dans un article du 29 août 1883 :

« Le revolver du Couvent — Le Phare du Littoral publiait, hier matin, sous ce titre, une lettre de M. A. Togna, dans laquelle le signataire proteste contre des coups de revolver qui sont tirés, presque chaque soir, dans le jardin de la maison mi-hôtel et mi-couvent des dames Augustines, rue Notre-Dame. Il paraît que la supérieure, interrogée à ce sujet, a répondu que l’on veut ainsi prévenir les voleurs que la maison est bien gardée.
Dimanche dernier, raconte M. A. Togna, vers dix heures du soir, une balle de revolver gros calibre, partie du couvent, traversait la persienne d’une fenêtre située au troisième étage de la maison Lambert, brisait la vitre, perçait les rideaux et venait se loger dans la muraille de l’alcôve, à cinquante centimètres au-dessus du lit, effrayant fort le locataire.
On voit que si bon ordre n’est mis à cela, les bonnes sœurs effrayeront tant les voleurs, qu’elles finiront par causer quelque grave accident.
Mais nous espérons qu’une mesure sera prise pour faire cesser ce jeu. En attendant, la police a ouvert, sur ce fait, une enquête dont les résultats ne tarderont pas à nous être connus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.