Encore un accident de la route, Roquebrune 1883

Encore un accident de voiture : à qui en revient la faute ? Au cheval, bien sûr, comme peuvent le découvrir les lecteurs du Petit Niçois le mercredi 14 novembre 1883 :

« Chute d’une hauteur de 40 mètres. — Lundi, vers deux heures de l’après-midi, un terrible accident est arrivé près de la gare de Roquebrune, sur la route nationale de Nice à Menton :

Un cheval attelé à une voiture dite jardinière, dans laquelle se trouvaient un jeune homme et une dame, venait de Menton. Elle descendait à une allure très rapide la rampe de la chapelle du Bon-Voyage. Arrivé au tournant du pont de Ramingaud, le cheval vint se jeter avec violence sur le parapet, renversant la voiture et précipitant les voyageurs dans le torrent, d’une hauteur de 40 mètres environ.
Cette épouvantable chute n’eut pour témoin que la dame Millo. A ses cris, des personnes qui se trouvaient dans les environs accoururent. Elles descendirent dans le torrent, où on trouva les malheureux dans l’eau, donnant à peine signe de vie, couverts d’affreuses blessures. Après leur avoir donné les premiers soins, on les transporta à Menton avec des soins extrêmes, redoutant à tout moment une issue fatale.
Les soins les plus dévoués sont maintenant prodigués aux victimes de ce terrible accident, mais on désespère de les sauver. »

Roquebrune sur une carte postale ancienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.