Arnaque nigériane en 1884

Le Petit Niçois du 15 février 1884 relate une naïve tentative d’escroquerie dont le schéma est appelé à prospérer quand, un siècle plus tard, apparaîtra Internet :

« CUERS
Huit cent mille francs. — Une personne notable de cette commune recevait, dernièrement d’Espagne, une lettre signée d’un prétendu prisonnier de Valladolid, dans laquelle était signalée la présence, dans le territoire de Cuers, d’une cassette en cuivre contenant la somme de huit cent mille francs. Cette cassette avait été déposée en lieu sûr par un réfugié carliste, et on offrait au destinataire de la lettre le tiers de la somme moyennant le plus grand secret.
Seulement, car il y avait un Seulement, on exigeait d’Espagne une somme de cinq cents francs, sous prétexte de faire venir, d’au-delà des monts, une personne sûre, nantie du plan des lieux où se trouvait caché le trésor.
Il fut répondu par notre compatriote au malheureux prisonnier qu’on pouvait expédier le fameux plan, se reposer sur sa bonne foi, et compter sur le plus grand secret, mais qu’on devait renoncer à la somme de cinq cents francs demandée.
Depuis, plus de réponse.
La même farce a été jouée à plusieurs personnes des communes voisines de la nôtre. Les lettres venant réellement d’Espagne sont adressées toujours à des familles jouissant d’une certaine fortune.
Ce genre d’exploitation espagnole avait été déjà signalé par la presse. Il est bon, puisqu’il recommence, qu’on le signale de nouveau. »

Une réponse à “Arnaque nigériane en 1884

  1. L’arnaque existait déjà!!! Jolie trouvaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.