Malbouffe en 1884

Tous ceux qui croient qu’au bon vieux temps on disposait d’aliments plus sains et plus naturels qu’aujourd’hui devraient lire cet article paru dans Le Petit Niçois du lundi 21 avril 1884 :

« À surveiller. — Depuis quelque temps, des placeurs, agissant au compte d’une maison étrangère, offrent aux minotiers du Nord une poudre destinée à être mélangée aux farines dans la proportion de un et demi pour cent. Cette poudre est lourde, elle craque sous la dent et laisse une saveur crayeuse.
Ce produit étant offert à raison de 5 fr. les 100 ki!., il en résulte que le meunier qui se laisserait aller à cette addition frauduleuse réaliserait un gain illicite de 30 à 40 centimes par sac de froment, soit environ 100 fr. par jour pour une usine qui ferait 300 sacs par jour.
Or, une analyse qui vient d’être faite par un pharmacien militaire, M. Balland, démontre que cette poudre ne serait autre chose que du sulfate de chaux hydraté, c’est-à-dire du plâtre.
M Riche a dénoncé à l’Académie de médecine cette honteuse falsification, qui, quoique n’offrant aucun danger pour la santé publique dans les proportions que nous venons d’indiquer, n’en mérite pas moins d’être rigoureusement poursuivie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.