Nice place de guerre, 1884

Un article paru dans Le Petit Niçois du 6 octobre 1884 qui rappelle, par ses rodomontades, que, moins de quinze ans après la défaite de 1870, l’esprit revanchard est à l’œuvre jusqu’à Nice : va-t-on reconstruire autour de la cité les remparts qui la ceignaient au Moyen Âge ? Et quel est cet ennemi qui songerait à attaquer par le sud-est ? Au sud-est de Nice, il n’y a que la mer… Mais rassurons-nous, ces déclarations belliqueuses vont finir sur la nomination d’une commission…

« Nice place de guerre. — À la dernière heure nous recevons de l’Agence Havas l’important télégramme ci-après, que nous publions en faisant nos réserves.
Le Comité de défense vient de terminer les plans des fortifications ayant pour objet de mettre notre frontière du sud-est à l’abri d’une invasion.
D’après ces plans la ville de Nice serait appelée à devenir une place de guerre importante et en quelque sorte le réduit central d’un vaste camp retranché ; le projet du Comité de défense a déjà reçu l’approbation du conseil supérieur de guerre et des bureaux de l’Etat major général ; en attendant le vote des crédits nécessaires à son exécution le département de la guerre commencera par organiser à Nice une direction de l’artillerie qui devra fonctionner à partir du 1er janvier prochain. »

Nice, vue du château et des remparts au XVIIe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.