C’était avant l’INRAP, Nice 1884

Le lecteur du Petit Niçois le 15 décembre 1884 s’émerveille sûrement qu’on ait donné une tombe décente à ces ossements qu’on vient de trouver sur un des côtés du port de Nice qui n’a été aménagé lui-même qu’au XVIIIe siècle :

« Funèbre trouvaille. – Hier matin, des ouvriers occupés à la démolition d’une vieille maison, quai des Deux-Emmanuels, ont découvert une certaine quantité d’ossements humains, qui ont été recueillis et inhumés au cimetière du Château. »

À aucun moment on ne s’est demandé ce qu’étaient ces ossements, ni à qui ils avaient appartenu. De nos jours l’INRAP – Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, créé en 2001 – serait très probablement intervenu et les aurait sans doute datés et identifiés, ajoutant une pierre à notre connaissance de la longue histoire de Nice.

L’entrée du port de Nice vue du Château vers le mont Boron
sur une carte postale du début du XXème siècle.
Le quai des Deux-Emmanuels est en face.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.