Épizooties et épiphyties dans les Alpes-Maritimes en 1885

Après l’épidémie de choléra de 1884, on doit se soucier des maladies épidémiques qui touchent les animaux, ainsi que l’indiquent deux articles parus dans Le Petit Niçois du 10 mars 1885, sans oublier les ravages que cause aux vignes le phylloxéra :

«                                                  VENCE
Le farcin vient de faire son apparition dans notre commune. Un cheval atteint de cette maladie a été abattu hier, sur les ordres de notre municipalité.
Nous ne saurions trop louer M. le Maire de la mesure énergique qu’il a prise afin de préserver nos chevaux et mulets d’une contagion qui serait ruineuse pour nos agriculteurs si rudement éprouvé par les mauvaises récoltes et par l’extension de plus en plus considérable du phylloxéra.
– – –
Un chien enragé a été abattu jeudi dernier par les hommes de notre brigade de gendarmerie. »

Du farcin, Littré donne la définition suivante : « Affection chronique et souvent contagieuse qui attaque les chevaux, les mulets, et qui consiste en une inflammation, suivie de ramollissement, des ganglions et vaisseaux lymphatiques. »

Vence, carte postale ancienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.