Deux noyés, Alpes-Martimes 1885

Le nom d’Isola évoque aujourd’hui une station de ski fameuse, mais c’est d’abord un très ancien village dans la vallée de la Tinée, qui a subi à différentes époques les mêmes crues qu’on a vues récemment dans celle de la Vésubie voisine. Le 19 mai 1885 Le Petit Niçois rapporte un mince fait divers qui est une tragédie pour deux familles de Saint-Etienne, une bourgade en amont d’Isola. Mais l’important est ici la naïveté avec laquelle le journaliste dévoile les ficelles de son travail car il écrit de seconde main et avoue lui-même qu’il rapporte ce que lui a communiqué un correspondant d’Isola :

                                                « ISOLA
On nous écrit d’Isola :
Un bien triste accident a mis en émoi la population de St-Etienne. Deux garçons de 15 à 16 ans, fils uniques de deux malheureuses familles, sont tombés dans la Tinée et emportés par le courant à 4 kilomètres environ du lieu du sinistre.
Le soir de l’accident, leurs familles ne les voyant pas rentrer et ne sachant ce qu’ils étaient devenus, les cherchèrent chez les parents, amis et voisins ; mais elles furent bientôt obligées de rentrer chez elles et d’attendre le jour.
Enfin, on découvrit leurs cadavres rejetés par la rivière.
On ignore comment cet accident est arrivé. On suppose que, tout en s’amusant, tes victimes ont voulu traverser une passerelle improvisée et que pris de vertiges ils se sont entraînés l’un l’autre dans la rivière. »

La Tinée en aval d’Isola.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.