Du pain au cigare

Nice et la Corse sont toutes les deux françaises en 1885 et la douane qui inspecte les marchandises débarquées dans le port de Nice est une douane intérieure analogue à l’octroi. Or ses fonctionnaires détectent parfois de curieux trafics, ainsi que le relate Le Petit Niçois du 2 novembre 1885 :

« Contrebande. – Les douaniers ont saisi hier une certaine quantité de cigares de luxe dans la salle de visite des colis débarqués du vapeur le Comte Baciocchi, venant de Corse. Ces cigares étaient renfermés dans des pains évidés à l’intérieur et dont il ne restait que la croûte. Ils étaient fort bien cachés, et il a fallu tout le flair des douaniers pour éventer le truc. Procès-verbal a été dressé. Les cigares étaient adressés à un commerçant de notre ville. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.