Soupçon de sorcellerie dans les Alpes-Maritimes en 1886

Le jeudi 4 mars 1886, on peut lire dans Le Petit Niçois une anecdote qui atteste de la persistance des superstitions les plus archaïques et les plus brutales dans les campagnes :

« GUILLAUMES

Un niais. – Un fait des plus curieux s’est produit, ces jours derniers, dans un des hameaux de notre commune. Il existe à Bouchonnières un cultivateur aveugle, qui a la réputation de jeter des sorts tant sur les gens que sur les bêtes. Un de ses voisins, persuadé qu’il possède ce pouvoir diabolique auquel, d’ailleurs, il attribue la maladie de sa femme et de son enfant, ainsi que la perte de son bétail, appela le prétendu sorcier dans son écurie, et s’armant d’un énorme bâton, lui signifia d’avoir à retirer sur l’heure les maléfices qu’il avait jetés sur toute sa maison, faute de quoi il allait l’assommer. Devant ces menaces, qu’aucun raisonnement sérieux n’eût pu détourner, l’aveugle lui demanda une heure de temps pour pouvoir opérer cette métamorphose et il s’empressa, en recouvrant la liberté, de se rendre à la gendarmerie, pour déposer sa plainte. Les gendarmes se rendirent immédiatement sur les lieux, pour procéder à une enquête qui eut pour résultat de constater la crédulité de ce paysan, qui aurait pu être la cause d’un drame tragi-comique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.