Des chevaux qui s’évadent, Alpes-Maritimes 1886

Le Petit Niçois du 3 septembre 1886 relate un événement peu commun :

« MENTON

Un landau échappé. – Jeudi soir, Pierre Costa, cocher, venait d’atteler son landau pour aller chercher M. Kennedy à la gare, il était 10 heures soir, Étant entré dans sa remise, il fut très surpris, en sortant de ne plus trouver sa voiture ; croyant à un vol, il alla faire sa déclaration.
On arrêta tous les cochers venant de Monaco, ils n’avaient rien vu. On interrogea les douaniers à la frontière, ils n’avaient aperçu aucun landau.
On découvrit enfin dans le chemin de ceinture, les traces des roues, on suivit la piste et voici l’étrange itinéraire parcouru par ce landau fantastique. Il a traversé, traîné au grand galop de ses deux chevaux, tous les travaux du chemin de ceinture, au risque d’être brisé en mille morceaux.
Il a grimpé au cimetière par des chemins impraticables, est descendu, a traversé le pont du chemin de fer pour regrimper sur un mamelon qui domine la ville, et n’a été arrêté que par les murs d’une maisonnette bâtie sur ce mamelon. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.