MAIORES NOSTRI

Homophobie, Nice 1886

jmg, · Catégories: Non classé

En 1886 l’homosexualité est sévèrement réprimée et peut constituer le délit d’outrage public à la pudeur. De plus elle est très mal reçue dans la vie quotidienne ainsi qu’en témoigne Le Petit Niçois du 28 décembre 1886 :

« Un immoral personnage.— Avant hier soir, à la représentation du Cirque un certain Labourier, âgé de 48 ans, se disant employé de commerce, mais en réalité, domestique d’un comte russe, se trouvait à côté d’un artilleur avec lequel il engagea la conversation, se montrant très poli, très aimable, plein de prévenances.
Tout alla bien jusque vers 11 heures, mais à ce moment-là, notre homme — qui n’en est pas, paraît-il, à son coup d’essai — se livra sur son compagnon, à certaines entreprises qui ne pouvaient laisser de doutes sur ses intentions.
L’artilleur indigné de pareil fait administra illico un formidable coup de poing au dit Labourier, ce à quoi l’autre répondit par un coup de poing identique, après lequel il prit la fuite. Mais, il n’alla pas loin ; l’artilleur ne voulant pas le laisser partir ainsi, se mit à sa poursuite, le rattrapa et le confia aux bons soins de deux agents qui conduisirent l’immonde personnage au violon municipal d’où il a été transféré ce matin au Sénat.
A la dernière heure, nous apprenons que Labourier a déjà été condamné par le Tribunal de la Seine pour un fait du même genre. Nous le recommandons à la sévérité de ses juges. »

Rappelons encore une fois que le Sénat désigne une vieille prison de Nice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.