MAIORES NOSTRI

Un gendarme héroïque, Alpes-Maritimes 1887

jmg, · Catégories: Non classé

Le Petit Niçois du 18 janvier 1887 raconte comment la neige et le froid auraient pu tuer un malheureux gendarme si son camarade n’avait pas eu le courage de le secourir. Une belle histoire qui ne s’est déroulée qu’à cinquante kilomètres de Nice et de la Côte d’Azur.

« St-VALLIER

Un drame dans la neige. — Il y a quelques jours, les gendarmes Bonavita et Julien, de la brigade de St-Vallier, revenaient, la nuit, de la petite commune d’Escragnolles où ils étaient allés en tournée. La neige était abondante.
Arrivés dans la vallée de la Siagne, le malheureux Julien, harassé de fatigue et surpris par le froid glacial, ne put faire un pas de plus et tomba inanimé. S’il avait été seul, la mort certainement s’en serait suivie, car dans ces parages déserts personne ne serait venu à son secours.
Heureusement pour lui qu’il était bien accompagné. Dans cette triste situation, M. Bonavita fit preuve d’un grand dévouement : fatigué lui-même à l’excès, il chargea néanmoins son camarade sur ses épaules et fit ainsi 2 kilom. avec de la neige jusqu’aux genoux. Arrivé à quelque distance de St-Vallier (2 kilom.), n’en pouvant plus, il enveloppa le malade avec les deux manteaux qu’ils avaient et courut au village chercher du secours.
Immédiatement quelques personnes présentes au café Sassy et d’autres braves citoyens coururent chercher le pauvre Julien qui ne parlait plus. Il ne revint à la vie qu’après l’avoir longtemps frictionné.
A M. Julien nos meilleurs souhaits pour son prompt rétablissement et nos plus sincères félicitations à M. Bonavita pour le dévouement dont il a fait preuve dans cette circonstance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.