MAIORES NOSTRI

Une drôle de consigne

jmg, · Catégories: Non classé

Une succession d’événements digne avant la lettre d’un film comique qui aboutit à un règlement courtelinesque, voici ce qu’on peut lire dans Le Petit Niçois du 24 novembre 1886 :

« Une drôle de consigne. — Il paraît que depuis quelque temps il est interdit de traverser le portique de la Préfecture avec un panier sur la tête ou une ombrelle ouverte.
Cette consigne nous ayant rendu rêveur, nous sommes allé aux renseignements, et voici ce que nous avons recueilli :
Un matin, une bonne femme chargée d’une corbeille d’œufs qu’elle tenait sur la tête, traversa le portique en question pour se rendre au marché et glissa malheureusement en face de l’entrée d’honneur de la Préfecture.
On voit d’ici l’omelette !
Quelques instants après, un gros personnage sortait de la Préfecture par cet escalier, le nez en l’air, la physionomie conquérante. Il tomba en plein dans cette omelette d’un nouveau genre et s’étala de tout son long sur le pavé.
Une dame passait à ce moment, une ombrelle ouverte à la main.
Le personnage en question qui se relevait avec une mine déconfite vint butter contre une baleine de cette ombrelle. Il faillit se crever un œil et ne put retenir un grand cri de douleur.
Des ordres sévères furent donnés depuis, et la consigne de ne passer sous le portique que la tête libre de tout colis et sans ombrelle ou parapluie ouvert, est exécutée avec une ponctualité rigoureuse. »

La préfecture des Alpes-Maritimes en 1914.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.