MAIORES NOSTRI

Un espion allemand démasqué à Antibes en 1887

jmg, · Catégories: Alpes-Maritimes

Le Petit Niçois du 20 mars 1887 publie un article qui rappelle comment la phobie de l’espionnage allemand régnait sur les esprits et ira croissant jusqu’en 1914 où on croira que les panneaux publicitaires du bouillon Kub sont des indicateurs géographiques destinés aux troupes d’invasion :

« Espion prussien. — L’autre jour, un individu se promenait sur les fortifications d’Antibes, lorsqu’il fut rencontré par le commandant de la place qui se promenait avec sa dame. Celle-ci en voyant ce promeneur immobile, avec une mine d’Allemand, fit remarquer à son mari que ce pouvait bien être un espion prussien. Le commandant interrogea cet individu et ce dernier exhiba alors une carte de collaborateur de certains journaux de la localité. Ceci rassura nos deux concitoyens qui n’en demandèrent pas plus.
Une remarque : Mme la commandante ne s’est guère trompée. Cet individu soupçonné d’être un espion, est un vrai Allemand ; il a été employé pendant longtemps dans une certaine agence de publicité en Allemagne, à Kissingen, et se trouve actuellement dans une pénurie complète après avoir été chassé pour son inconduite de divers bureaux de rédaction de notre ville. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.