MAIORES NOSTRI

Violences faites aux femmes (2}

jmg, · Catégories: femmes, Nice

Encore ! Serait-on tenté de dire si on se réfère à un article au titre identique paru sur ce blog, mais concernant l’année 1885 ; déjà ! pourrait-on dire à l’inverse si on considère que ce genre de fait divers est toujours d’actualité en 2022. Les faits sont rapportés dans Le Petit Niçois du 29 mars 1887 :

« Mari brutal. — La police a arrêté hier le nommé Bezet Claude, pêcheur, âgé de 35 ans sous la prévention de coups et blessures sur la personne de sa femme.
Cet individu, sous prétexte de corriger son épouse, lui a administré une épouvantable raclée qui l’a laissée dans an état pitoyable. Un œil est poché, une joue enflée, tout le corps marbré de noir. La scène se passait avant-hier soir vers sept heures au domicile de Bezet qui est, paraît-il, coutumier du fait. Lorsque les agents de police l’ont arrêté, Bezet s’est écrié, s’adressant à sa femme : « C’est toi qui me fait punir, mais quand je sortirai de prison, je te tuerai. » Aussi la pauvre femme épouvantée va-t-elle quitter Nice de peur que son mari ne réalise cette terrible menace.
Bezet a dejà subi. 8 condamnations pour coups et blessures. »

Et moins d’un mois après, le 23 avril 1887, on trouve une nouvelle affaire sous un titre ironique:

« Modèle d’époux. — Le sieur A…. demeurant rue du Pré, ne sachant comment passer ses accès d’humeur, tomba à bras raccourcis sur ton épouse et, après l’avoir rossée d’importance et cela, sans motifs, l’a mise à la porte. Cette pauvre femme s’est rendue chez le commissaire de police auquel elle a conté le fait et procès-verbal a été dressé contre ce maniaque et brutal époux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.