MAIORES NOSTRI

Envois postaux odoriférants, Nice 1887

jmg, · Catégories: délinquance, Nice

Le harcèlement par les réseaux sociaux n’existait pas et on avait recours à des procédés plus matériels comme nous l’apprend un article du Petit Niçois le 4 mai 1887 :

« Une plaisanterie qui peut coûter cher. – Certaines personnes se croient permis d’adresser par la poste certains paquets contenant des matières d’une propreté fort contestable à des destinataires auxquels elles ont la prétention de jouer une bien belle plaisanterie.
En plus des poursuites auxquelles elles s’exposent de la part de l’administration des postes elle-même ; ellse ne se doutent peut-être pas qu’elles se mettent en même temps dans le cas de voir prononcer contre elles des peines relativement sévères par les tribunaux.
C’est là un renseignement que nous croyons utile de donner aujourd’hui, des plaintes à ce sujet se sont en effet produites et pourraient coûter cher aux auteurs de ces grossièretés malpropres et de mauvais goût. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.