MAIORES NOSTRI

Asperges au phosphore

jmg, · Catégories: Non classé

Bien naïf et audacieux le maraîcher ou le marchand des quatre saisons qui s’est livré à la fraude révélée par un article du Petit Niçois le 22 mai 1887 :

« Une fraude dangereuse. — Un fait assez extraordinaire s’est passé dans dans une famille bourgeoise de notre ville. La cuisinière avait fait emplette d’une botte d’asperges, qui fut servie au déjeuner. Il y avait à table plusieurs personnes. La première qui en mangea s’aperçut que ce légume avait un goût assez prononcé de phosphore ; elle sentit en même temps quelque chose de résistant sous la dent ; elle s’aperçut alors que la pointe de l’asperge qu’on lui avait servie avait été brisée en la cueillant ou pendant le transport au marché, et que le vendeur, pour ne pas déprécier sa marchandise, s’était servi d’une allumette garnie de phosphore, pour relier les deux parties de ce légume. On reconnut ensuite que la botte contenait cinq ou six asperges qui avaient subi la même opération Il faut convenir que voilà un étrange procédé employé pour réparer les avaries d’une marchandise, qui pouvait avoir des conséquences bien fâcheuses pour les consommateurs. Si un accident était survenu, celui qui s’en est servi, s’il était connu, se serait exposé, dans un intérêt bien mesquin, à encourir une peine sévère.
Nous comprenons parfaitement qu’une fraude de cette nature échappe facilement aux investigations des inspecteurs du marché. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.