MAIORES NOSTRI

De l’ordre à Nice, 1887

jmg, · Catégories: Nice

Que des gardiens de la paix laissent un miséreux dormir sur un banc quand la nuit est très avancée et que cela ne dérange pas grand monde, voilà qui excite le besoin d’ordre d’un journaliste dans Le Petit Niçois du 25 juin 1887.

« Un comble. — Hier matin, à 2 heures 45, sur le boulevard, deux agents de la paix devisaient tranquillement sur un banc pendant que sur le banc d’à côté un vagabond étalé de son long dormait.
Les agents n’ont pas troublé le sommeil de cet individu et ont continué à s’entretenir de leurs petites affaires. C’est trop de générosité, croyons-nous, de leur part.
A ce propos, les rondes de nuit feraient œuvre utile de débarrasser les bancs du boulevard du Pont-Vieux qui sont littéralement envahis par les vagabonds du coucher du soleil à l’aurore. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.